Archives de l'auteur:
Manon Lambert

Administrateurs nommés : des représentants du public qui ont de l’influence

featured-thumb

Encadrer la pratique de plus de 9000 pharmaciens dans le but de protéger le public n’est pas une mince affaire. Pour ce faire, le président de l’Ordre est appuyé par 20 administrateurs élus par leurs pairs, 4 administrateurs nommés et 63 employés.

La publication récente du Rapport annuel de l’Ordre 2015-2016 m’amène à vouloir vous présenter des personnes dont la présence est souvent ignorée du public et dont le rôle est pourtant essentiel : les administrateurs nommés.

Des sanctions disciplinaires trop clémentes?

featured-thumb

L’Ordre est régulièrement interpellé dans les médias au sujet de décisions du conseil de discipline jugées trop clémentes à l’encontre des pharmaciens concernés.

Nos actions, en tant qu’ordre professionnel, visent à ce que les patients bénéficient, en tout temps, de soins et services pharmaceutiques de qualité. Lorsqu’il arrive parfois, malheureusement, que des pharmaciens manquent à leurs obligations professionnelles et que la santé ou la vie d’un patient soit affectée, nous nous devons d’agir.

En tout temps, et même si cela n’a aucune conséquence sur la santé des patients, la négligence dont pourraient faire preuve des pharmaciens ne saurait être tolérée. En cela, l’Ordre, et plus particulièrement le conseil de discipline, jouent pleinement leur rôle de protection du public.

Le processus, depuis l’enquête jusqu’à la décision, est totalement indépendant de l’Ordre. Par respect pour cette indépendance, je ne me prononcerai pas ici sur les décisions rendues par le conseil de discipline, mais je vous parlerai du processus et de son objectif.

Refus de prescrire la contraception orale d’urgence – Des précisions

featured-thumb

Un reportage diffusé hier à TVA mentionnait qu’un pharmacien avait refusé de prescrire la contraception orale d’urgence (souvent appelée à tort « pilule du lendemain »*) à une patiente pour des raisons de convictions religieuses personnelles.

À la suite du reportage, l’Ordre a reçu un certain nombre de commentaires de la part de la population. Nous tenons donc à apporter certaines précisions.

La gouvernance en période d’élection

featured-thumb

Dans un billet publié au mois d’août dernier, j’expliquais comment il est important d’avoir de bonnes règles de gouvernance pour mener à bien la mission de notre organisation, soit la protection du public, mettre sur pied différents projets et surtout, prendre de bonnes décisions. L’Ordre a fait un travail considérable en ce sens depuis les dernières années et continue de s’améliorer, notamment grâce au comité de gouvernance et d’éthique.

Renouvellement aux 90 jours – L’Ordre plaide pour l’utilisation du jugement professionnel

featured-thumb

Ces derniers jours, dans le Journal de Montréal et d’autres médias, il a été question du renouvellement des médicaments aux 90 jours. Lors de chacune des entrevues réalisées par Bertrand Bolduc, président de l’Ordre, ou moi-même, nous avons répété notre position sur le sujet : rien n’empêche les pharmaciens de renouveler les médicaments d’un patient pour 90 jours. Une seule règle s’applique pour le pharmacien : utiliser son jugement professionnel.

Projet de loi no 10, Ebola et compagnie

featured-thumb

L’Ordre était présent la semaine dernière en commission parlementaire. Bertrand Bolduc, président, Martin Franco, administrateur de l’Ordre et pharmacien en établissement de santé, et moi-même avons présenté des commentaires sur le projet de loi no 10 qui prévoit l’abolition des agences régionales et la refonte de la gouvernance du réseau de la santé.

Présenter en commission est toujours une expérience très intéressante puisqu’il s’agit d’une des rares occasions qui nous est donnée de passer nos messages aux décideurs, à ceux qui déterminent l’ordre du jour du gouvernement.

La gouvernance à l’heure des scandales

featured-thumb

On parle beaucoup d’éthique dans les médias. Les récents scandales nous emmènent à nous questionner : comment faire en sorte que nos décideurs adoptent des comportements irréprochables? L’une des clés, dont on parle un peu moins, c’est d’établir de bonnes règles de gouvernance.