Protection du public

Prudence avec l’acétaminophène!

featured-thumb

Santé Canada annonçait, au début du mois de juillet, qu’il mettrait en œuvre une stratégie pour sensibiliser les Canadiens aux risques liés à une utilisation non sécuritaire de l’acétaminophène. Une très bonne nouvelle!

L’acétaminophène, que certains connaissent davantage sous son nom commercial Tylenol®, sert à soulager les douleurs et la fièvre. Il est très utilisé puisqu’il est généralement mieux toléré que l’aspirine ou l’ibuprofène. Malgré un profil d’innocuité bien établi, les surdoses d’acétaminophène sont la première cause d’insuffisance hépatique aiguë au Canada.

La gouvernance en période d’élection

featured-thumb

Dans un billet publié au mois d’août dernier, j’expliquais comment il est important d’avoir de bonnes règles de gouvernance pour mener à bien la mission de notre organisation, soit la protection du public, mettre sur pied différents projets et surtout, prendre de bonnes décisions. L’Ordre a fait un travail considérable en ce sens depuis les dernières années et continue de s’améliorer, notamment grâce au comité de gouvernance et d’éthique.

Renouvellement aux 90 jours – L’Ordre plaide pour l’utilisation du jugement professionnel

featured-thumb

Ces derniers jours, dans le Journal de Montréal et d’autres médias, il a été question du renouvellement des médicaments aux 90 jours. Lors de chacune des entrevues réalisées par Bertrand Bolduc, président de l’Ordre, ou moi-même, nous avons répété notre position sur le sujet : rien n’empêche les pharmaciens de renouveler les médicaments d’un patient pour 90 jours. Une seule règle s’applique pour le pharmacien : utiliser son jugement professionnel.

Étudiants d’aujourd’hui, leaders de demain

featured-thumb

Imaginez la situation juste une seconde. Vous êtes en fin de session avec des examens et des travaux à remettre. Déjà, vous commencez à penser au prochain stage en janvier et vous cherchez un endroit où loger temporairement. Vous êtes pas mal dans le jus et stressé! Et c’est à ce moment que l’on vous apprend que vous êtes appelé à présenter en commission parlementaire au début de février pour donner vos commentaires sur un projet de loi qui aura un impact majeur sur votre future profession…

Savez-vous réellement ce que fait votre pharmacien?

featured-thumb

Avec le dépôt du projet de loi 28, de nombreux articles ont paru dans les journaux sur le rôle du pharmacien. À la lecture de certains commentaires à ce sujet, il est clair que de très nombreuses tâches que le pharmacien effectue de façon continue sont encore méconnues du public. Pourtant, ce sont souvent celles qui procurent le plus de valeur aux patients sans que ceux-ci en soient toujours conscients.

Une bonne nouvelle et… des enjeux d’accessibilité et de qualité

featured-thumb

L’Ordre n’intervient jamais dans les négociations d’honoraires. Mais si un enjeu économique a le potentiel de nuire à l’accessibilité ou à la qualité des services, nous avons le devoir de le dire. Faire une prolongation d’ordonnance de 6, 8 ou 12 mois demande une analyse et un engagement de responsabilité de la part du pharmacien. Escamoter cette étape comporterait des risques pour les patients. Nous ne pourrions tolérer que cette activité soit faite à la va-vite.

Projet de loi no 10, Ebola et compagnie

featured-thumb

L’Ordre était présent la semaine dernière en commission parlementaire. Bertrand Bolduc, président, Martin Franco, administrateur de l’Ordre et pharmacien en établissement de santé, et moi-même avons présenté des commentaires sur le projet de loi no 10 qui prévoit l’abolition des agences régionales et la refonte de la gouvernance du réseau de la santé.

Présenter en commission est toujours une expérience très intéressante puisqu’il s’agit d’une des rares occasions qui nous est donnée de passer nos messages aux décideurs, à ceux qui déterminent l’ordre du jour du gouvernement.

Pénuries de médicaments : au bord du gouffre

featured-thumb

La semaine dernière, la compagnie pharmaceutique Mylan, en collaboration avec Santé Canada, rappelait les vaporisateurs de nitroglycérine en circulation parce qu’ils comportaient un défaut de fabrication. Peu de temps après l’envoi du communiqué de rappel, les professionnels de la santé en recevaient un deuxième les informant d’une nouvelle marche à suivre pour éviter une pénurie potentielle de ces vaporisateurs.