Une année de trop

featured-thumb

Si la Loi 41 était entrée en vigueur au moment où elle aurait dû l’être, le 3 septembre 2013, ça ferait aujourd’hui un an que les malades en bénéficieraient.

Ça ferait un an que la majorité des femmes enceintes n’auraient plus de raison d’aller à l’urgence ou dans des cliniques sans rendez-vous pour des nausées liées à la grossesse.

La gouvernance à l’heure des scandales

featured-thumb

On parle beaucoup d’éthique dans les médias. Les récents scandales nous emmènent à nous questionner : comment faire en sorte que nos décideurs adoptent des comportements irréprochables? L’une des clés, dont on parle un peu moins, c’est d’établir de bonnes règles de gouvernance.

Loi 41 – L’exemple de la Saskatchewan

featured-thumb

J’ai assisté récemment au congrès annuel de l’Association des pharmaciens du Canada. Il est toujours intéressant de rencontrer des confrères d’autres provinces. Parfois, quand on se compare, on se console. Mais d’autres fois, il arrive qu’on se désole. Et c’était particulièrement le cas lorsque j’ai assisté à cette conférence des pharmaciens de la Saskatchewan qui présentaient les résultats d’une étude portant sur la prescription de médicaments par des pharmaciens pour des conditions de santé mineures.